• Spectacle pour enfants de cirque

    Le cirque et le spectacle enfants

    Spectacle de funambule et équilibriste

    Tous les programmes de cirque en général comportent un ou plusieurs numéros d'équilibre qui peuvent faire un complet spectacle pour enfants. Cet exercice impitoyable, tout comme celui de mentaliste  voir ici ( on le réussit ou on le manque tout à fait )  ne permet aucune tricherie. Tous les genres sont possibles : sur une main ou sur la tête, au sol ou en altitude, avec ou sans accessoires. On a  parfois vu sur la même bicyclette trois, quatre, cinq partenaires tournant autour de la piste. Quelquefois, l'équilibre se fait au sommet d'une perche longue de plus de 10 mètres, c'st apprécié en spectacle enfants et sur des chaises empilées, sur des boules, ou sur un fil de fer tendu. Les artistes qui travaillent sur fil de fer sont appelés des funambules. Les plus célèbres sont Blondin qui, en 1859, passa sur un fil tendu au-dessus des chutes du Niagara, et Djelmako qui, en 1889, traversa la rade de Villefranche, et parcourut 775 mètres sur un fil tendu à 95 m de hauteur ! Tous ces exercices exigent de l'acrobate qui les réalise beaucoup de sang-froid et de maîtrise, et surtout 7 à 8 heures d'entraînement chaque jour.


    spectacle enfants

     

    Les jongleurs en spectacle enfants de cirque utilisent les objets les plus variés : massues, cerceaux, poignards, chapeaux, torches, etc. Il faut un extraordinaire coup d'œil et une parfaite précision de gestes pour pouvoir par exemple lancer en l'air l'une après l'autre dix assiettes sans qu'elles se cognent ou retombent à terre...Aux environs de 1930, le jongleur Rastelli travaillait avec 8 ballons de foot-ball : il en maintenait trois sur son genou, un sur sa tête, deux sur un bâtonnet tenu entre ses dents, et un dans chaque main ! Dans un autre numéro, il sautait à la corde, un cerceau tournant autour d'une de ses jambes, jonglait avec huit assiettes, et il terminait le spectacle en jonglant avec trois torches allumées qu'il lançait à cinq ou six mètres de hauteur. Il recevait chaque jour 6 000 francs de « cachet », soit un million de nos anciens francs. Mais pour donner cette impression de facilité pendant les quarante minutes que durait son numéro, il s'entraînait chaque jour six ou huit heures.

     

    Spectacle avec trapéziste et hercule et mentaliste

    Un roulement de tambour annonce le grand numéro des trapézistes. A quinze mètres au-dessus du sol, sous la lumière des projecteurs, on découvre un homme qui se balance, comme ce trapéziste, renversé en arrière, retenu à son trapèze par les jarrets, tandis que sa partenaire se balance sur un autre trapèze. Tout à coup, la femme lâche sa barre et se lance dans le vide, les bras en avant. Un frisson court parmi les spectateurs, mais le miracle se réalise : le porteur en spectacle enfants rattrape la voltigeuse par les poignets. Celle-ci effectue un rétablissement, se hisse sur le trapèze de son partenaire et salue, tandis que les bravos crépitent. Il arrive, hélas ! que le voltigeur manque le porteur et s'écrase sur la piste, s'il n'y a pas de filet pour le recevoir. Sur les 154 artistes de cirque morts en piste en un siècle, on compte 45 dompteurs de fauves, 17 sauteurs, 13 écuyers, 13 casse-cou, 11 funambules et 33 acrobates aériens, un mentaliste et ainsi qu'un magicien qui voulait se faire transpercer.


    Spectacle de cirque


    Dans les cirques d'autrefois, on admirait des hercules capables de soulever des poids énormes, comme Henri Toch, qui portait sur ses épaules un canon de 365 kg chargé à poudre, et restait debout avec son engin quand le coup partait ! D'autres déchiraient un annuaire téléphonique de mille pages, soulevaient cinq hommes suspendus à une barre, ou empêchaient une automobile d'avancer. De même, on voit de moins en moins des numéros de sauteurs au sol, capables de réussir un, deux, plus rarement trois sauts périlleux. Les cirques sont très grands, il faut des numéros plus spectaculaires pour les enfants. Les banquistes préfèrent maintenant sauter à la bascule en troupe : un des cascadeurs monte sur un haut tabouret, saute sur l'extrémité d'une planche basculante et expédie en l'air le partenaire situé à l'autre bout. Ce dernier effectue deux ou trois sauts périlleux et retombe sur les épaules de ses partenaires, ou parfois même dans un fauteuil.

    On peut rencontrer quelquefois un magicien et mentaliste voir ici se promenant antre ses répétitions. Il faut surveiller les allées de près.